French Students Forum

Discussion board for the students of www.learnfrenchathome.com
 
HomeHome  FAQFAQ  SearchSearch  RegisterRegister  MemberlistMemberlist  UsergroupsUsergroups  Log inLog in  

Share | 
 

 vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage
corinne

avatar

Number of posts : 767
Age : 51
Localisation : Paris
Registration date : 2010-12-04

PostSubject: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   Fri Jun 19, 2015 12:08 am

Bonjour à tous,
Ce mercredi commençait un événement pour la France entière : les épreuves du Baccalauréat qui dureront une semaine..et cela commence toujours par la sacro-sainte épreuve de philosophie dont voici certaines questions / sujet  : est-ce que vous seriez inspiré par l’un deux ? :

Pour les littéraires : - "Suis-je ce que mon passé a fait de moi ?"
Pour les scientifiques : - "La politique échappe-t-elle à l'exigence de vérité ?"
Pour les économistes : - "La conscience de l’individu n’est-elle que le reflet de la société à laquelle il appartient ?"


Et cela pour les sujets les plus faciles……
Qu’en pensez-vous ? Pourriez-vous donner votre opinion, petite réflexion… !
A bientôt, Corinne
Back to top Go down
View user profile
Petrea



Number of posts : 26
Registration date : 2012-10-22

PostSubject: Re: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   Fri Jun 19, 2015 8:57 am


Bonjour Corinne,

En Australie, quand je suis allée à l’école, la philosophie n’a pas offert aux étudiants. Si on a voulu étudier ce sujet on a dû attendre pour aller à l’université.
C’était une honte parce que je pense que la philosophie peut vous enseigner tellement de la vie. Aussi, ce nous fait penser plus de nos pensées et évènements.

J'aurais aimé l'avoir étudié à l'école.

Peut-être, en Australie, ce n’est pas un sujet obligatoire parce que nous n’avons pas l’histoire comme le français. En France, il y a beaucoup de philosophes célèbres. Toutefois, je pense que c’est un sujet important et devrait être obligatoire à l’école.

Bon weekend

Petrea
Back to top Go down
View user profile
corinne

avatar

Number of posts : 767
Age : 51
Localisation : Paris
Registration date : 2010-12-04

PostSubject: Re: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   Sat Jun 20, 2015 1:37 am

Petrea wrote:

Bonjour Corinne,

En Australie, quand je suis allée j'allais à l’école, la philosophie n’a était pas offerte aux étudiants. Si on a voulu voulait étudier ce sujet on a dû devait attendre pour d'aller à l’université.  
C’était une honte parce que je pense que la philosophie peut vous enseigner tellement de la vie. Aussi, cela nous fait penser plus de à nos pensées et aux évènements.

J'aurais aimé l'avoir étudié à l'école.

Peut-être, en Australie, ce n’est pas un sujet obligatoire parce que nous n’avons pas l’histoire comme le français vous l'avez en France. En France, il y a beaucoup de philosophes célèbres. Toutefois, je pense que c’est un sujet important et qui devrait être obligatoire à l’école.

Bon weekend

Petrea

Merci Petrea pour ce témoignage.
bon week end aussi !
Back to top Go down
View user profile
fekin@aapt.net.au



Number of posts : 505
Age : 74
Registration date : 2011-01-31

PostSubject: Re: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   Tue Jun 23, 2015 1:19 am

Je me demande si la personne française ordinaire pense plus profondément que les Australiens, c'est à dire, en France la philosophie est obligatoire et en Australie ce est ensigné rarement.

Notre fille était un prof à l'université. L'un de cours elle enseignait était la moralité et l'éthiques aux les etudiants-ingénieries.

Depuis lisant les sujets dans votre question, j' en ai pensé et en ai beaucoup réfléchi. Je pense que les quatre sujets sont profonds et au courants.

À bientôt, Frank

Back to top Go down
View user profile
Jim



Number of posts : 1719
Age : 57
Localisation : Ventura, CA USA
Registration date : 2007-06-04

PostSubject: Re: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   Tue Jun 23, 2015 7:42 am

Bonjour Corinne et tout le monde,

Mon avis de « Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? »

Dans un certain sens, oui. Mais je crois aussi qu’on a quasiment toujours un choix de comment on vas réagir aux circonstances. Les bons et les mauvaises choses nous arrivaient, souvent complètement hors de notre control. Dans ce cas ci, la chose qui fait le plus grande différence dans nos vies, c’est ce que nous faisons avec ces circonstances.


A bientôt,

Jim
Back to top Go down
View user profile
corinne

avatar

Number of posts : 767
Age : 51
Localisation : Paris
Registration date : 2010-12-04

PostSubject: Re: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   Thu Jun 25, 2015 6:12 pm

fekin@aapt.net.au wrote:
Je me demande si la personne française ordinaire pense plus profondément que les Australiens, c'est à dire, en France la philosophie est obligatoire et en Australie ce' est rarement enseigné (rarement).

Notre fille était un prof à l'université. L'un des cours qu'elle enseignait était la moralité et l'éthiques aux les etudiants-ingénieurs.

Depuis En lisant les sujets dans votre question, j' en y ai pensé et en y ai beaucoup réfléchi. Je pense que les quatre sujets sont profonds et d'actualité ? au courants.

À bientôt, Frank


C'est une tradition depuis Napoléon, mais je crois que beaucoup de jeunes gens se passeraient bien de cette épreuve...de réflexion.Pourtant, je trouve cela très formateur. à bientôt, Frank
Back to top Go down
View user profile
corinne

avatar

Number of posts : 767
Age : 51
Localisation : Paris
Registration date : 2010-12-04

PostSubject: Re: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   Thu Jun 25, 2015 6:19 pm

Jim wrote:
Bonjour Corinne et tout le monde,

Mon avis de « Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? »

Dans un certain sens, oui.  Mais je crois aussi qu’on a quasiment toujours un choix de comment on vas réagir aux circonstances.  Les bonnes et les mauvaises choses nous arrivaient, souvent complètement hors de notre control.  Dans ce cas ci, la chose qui fait la plus grande différence dans nos vies, c’est ce que nous faisons avec ces circonstances.


A bientôt,

Jim

c'est bien vrai Jim.

voici le corrigé si cela vous intéresse :

Le corrigé de Philosophie sujet 2 :
Suis-je ce que mon passé a fait de moi ?


Problématisation possible :



Ce sujet invite à interroger la question de l’identité. On pourrait penser que ce que nous avons été participe de ce que nous sommes aujourd’hui, mais la question est justement de savoir quelle est la part de ce passé dans notre être et surtout dans notre définition de nous-mêmes par nous-même. La forme passive de « ce que mon passé a fait de moi » invite à interroger l’idée d’un déterminisme, l’idée d’un moi qui ne serait que l’effet, le résultat d’un passé qui n’est plus, qui m’échappe désormais, remettant ainsi en question l’idée d’une liberté, d’une responsabilité vis-à-vis de moi-même. Il s’agit donc de s’interroger sur la nature de ce « je », de ce moi que je suis, sur sa construction dans le temps et sur la possibilité de se définir, de se réduire à une identité faite. Suis-je fait une fois pour toute ou suis-je à me faire sans cesse ? Puis-je dire qui je suis ?



Un plan possible parmi d’autres :



I. Mon passé semble me constituer en soi


Le « je », c’est ce qui fait que je suis le même (un et pas un autre), dépend en effet de mon passé, qui m’a permis peu à peu de me distinguer des autres, de me construire en passant par différentes étapes et d’éprouver ce que je suis (somme d’expériences).

Le « je » a et est une histoire, donc le passé explique en partie ce que je suis aujourd’hui, à travers mes appartenances sociales, culturelles, mon hérédité et mes héritages (tout comme l’homme se fait peu à peu homme, la culture comme réalisation ou arrachement).

Le passé, c’est aussi un certain nombre d’engagements pris qui comme le disait Sartre dans L’Être et le néant, « pèsent sur moi (…) limitent mes possibilités et me dictent ma conduite ». On peut aussi penser ici aux retours du passé refoulé chez Freud, qui fait qu’au présent, on rejoue inconsciemment le passé, aux traumatismes qui peuvent déterminer notre présent).



Je serais donc fait par mon passé mais l’identité personnelle est-elle substantielle ? Comme le suggère Paul Ricœur, ne peut-on pas distinguer « idem » et « ipse » ? Ce que je suis prétendument en soi et ce que je suis pour moi ? Si le passé a fait pour partie ce que je suis, ne suis-je pas aussi « comme le lecteur et le scripteur de ma propre vie » ce que je fais de moi? Suis-je pour moi ce que le passé aurait fait de moi ?



II. je ne réduis pas pour moi à ce que j’ai été



Par delà le fait que le « je » pourrait n’être qu’une illusion substantialiste comme l’ont suggéré Hume et Nietzsche, faire de ce que l’on est, le simple effet de ce qu’on a été et traversé (lien de causalité pure et déterminisme), ce serait négliger le fait que, comme nous sommes des êtres libres et conscients, qu’on ne se réduit pas en conséquence à ce que l’on est en soi. Ce que je suis, c’est ce que je suis pour moi. C’est ce que souligne bien la notion d’identité narrative chez Ricœur, qui selon lui « ne cesse de se faire et de se défaire ».

Mon passé dessine certes une situation, dans laquelle je demeure libre. On peut ici penser évidemment à Sartre, qui, en un sens, inverse le rapport passé/présent/futur, en faisant dépendre la « force » déterminante du passé, de la signification que va lui donner le projet présent. Le passé ne détermine pas qui je suis, mais c’est ce que je serai qui déterminera ce qu’il a été pour moi, de sa valeur pour moi. « Qui peut décider de la valeur d’enseignement d’un voyage, de la sincérité d’un serment d’amour, de la pureté d’une intention passée, etc. C’est moi, toujours moi, selon les fins par lesquelles je les éclaire. » Il peut cependant m’aider à m’affirmer tel que je suis, comme lorsque le passé, les engagements passés viennent supporter un choix difficile ou redonner un choix qui semble retirer. C’est ce qu’illustre Merleau-Ponty avec cet homme seul face à la torture que le passé vient supporter.

Se dire que l’on est fait par le passé peut à l’inverse être un moyen de s’excuser de ne pas se faire au présent. Le poids du passé vient parfois alléger de celui d’une liberté difficile à assumer.



III. je « suis » ce que je fais de moi



On peut considérer que ce n’est pas le passé qui fait de moi ce que je suis, mais que c’est ce que je fais au présent qui me fait dans une perspective sartrienne, que le sujet conscient est « essentiellement » projet, en tant que conscience associée à une intentionnalité. L’homme est, comme le dit Sartre « condamné à être libre », et donc à ne pouvoir goûter au confort du « gros plein d’être », de l’opaque « coïncidence avec soi-même » qui caractérisent les choses, dénuées de conscience.

Donc il est difficile de dire ce que je suis, non seulement parce que je ne me réduis pas à mon existence en soi, mais aussi parce que je me découvre ou m’éprouve ou me fais au gré des expériences que le passé ne m’a pas forcément permis encore de rencontrer.


Back to top Go down
View user profile
Jim



Number of posts : 1719
Age : 57
Localisation : Ventura, CA USA
Registration date : 2007-06-04

PostSubject: Re: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   Mon Jun 29, 2015 5:33 pm

corinne wrote:
Jim wrote:
Bonjour Corinne et tout le monde,

Mon avis de « Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? »

Dans un certain sens, oui.  Mais je crois aussi qu’on a quasiment toujours un choix de comment on vas réagir aux circonstances.  Les bonnes et les mauvaises choses nous arrivaient, souvent complètement hors de notre control.  Dans ce cas ci, la chose qui fait la plus grande différence dans nos vies, c’est ce que nous faisons avec ces circonstances.


A bientôt,

Jim

c'est bien vrai Jim.

voici le corrigé si cela vous intéresse :

Le corrigé de Philosophie sujet 2 :
Suis-je ce que mon passé a fait de moi ?


Problématisation possible :



Ce sujet invite à interroger la question de l’identité. On pourrait penser que ce que nous avons été participe de ce que nous sommes aujourd’hui, mais la question est justement de savoir quelle est la part de ce passé dans notre être et surtout dans notre définition de nous-mêmes par nous-même. La forme passive de « ce que mon passé a fait de moi » invite à interroger l’idée d’un déterminisme, l’idée d’un moi qui ne serait que l’effet, le résultat d’un passé qui n’est plus, qui m’échappe désormais, remettant ainsi en question l’idée d’une liberté, d’une responsabilité vis-à-vis de moi-même. Il s’agit donc de s’interroger sur la nature de ce « je », de ce moi que je suis, sur sa construction dans le temps et sur la possibilité de se définir, de se réduire à une identité faite. Suis-je fait une fois pour toute ou suis-je à me faire sans cesse ? Puis-je dire qui je suis ?



Un plan possible parmi d’autres :



I. Mon passé semble me constituer en soi


Le « je », c’est ce qui fait que je suis le même (un et pas un autre), dépend en effet de mon passé, qui m’a permis peu à peu de me distinguer des autres, de me construire en passant par différentes étapes et d’éprouver ce que je suis (somme d’expériences).

Le « je » a et est une histoire, donc le passé explique en partie ce que je suis aujourd’hui, à travers mes appartenances sociales, culturelles, mon hérédité et mes héritages (tout comme l’homme se fait peu à peu homme, la culture comme réalisation ou arrachement).

Le passé, c’est aussi un certain nombre d’engagements pris qui comme le disait Sartre dans L’Être et le néant, « pèsent sur moi (…) limitent mes possibilités et me dictent ma conduite ». On peut aussi penser ici aux retours du passé refoulé chez Freud, qui fait qu’au présent, on rejoue inconsciemment le passé, aux traumatismes qui peuvent déterminer notre présent).



Je serais donc fait par mon passé mais l’identité personnelle est-elle substantielle ? Comme le suggère Paul Ricœur, ne peut-on pas distinguer « idem » et « ipse » ? Ce que je suis prétendument en soi et ce que je suis pour moi ? Si le passé a fait pour partie ce que je suis, ne suis-je pas aussi « comme le lecteur et le scripteur de ma propre vie » ce que je fais de moi? Suis-je pour moi ce que le passé aurait fait de moi ?



II. je ne réduis pas pour moi à ce que j’ai été



Par delà le fait que le « je » pourrait n’être qu’une illusion substantialiste comme l’ont suggéré Hume et Nietzsche, faire de ce que l’on est, le simple effet de ce qu’on a été et traversé (lien de causalité pure et déterminisme), ce serait négliger le fait que, comme nous sommes des êtres libres et conscients, qu’on ne se réduit pas en conséquence à ce que l’on est en soi. Ce que je suis, c’est ce que je suis pour moi. C’est ce que souligne bien la notion d’identité narrative chez Ricœur, qui selon lui « ne cesse de se faire et de se défaire ».

Mon passé dessine certes une situation, dans laquelle je demeure libre. On peut ici penser évidemment à Sartre, qui, en un sens, inverse le rapport passé/présent/futur, en faisant dépendre la « force » déterminante du passé, de la signification que va lui donner le projet présent. Le passé ne détermine pas qui je suis, mais c’est ce que je serai qui déterminera ce qu’il a été pour moi, de sa valeur pour moi. « Qui peut décider de la valeur d’enseignement d’un voyage, de la sincérité d’un serment d’amour, de la pureté d’une intention passée, etc. C’est moi, toujours moi, selon les fins par lesquelles je les éclaire. » Il peut cependant m’aider à m’affirmer tel que je suis, comme lorsque le passé, les engagements passés viennent supporter un choix difficile ou redonner un choix qui semble retirer. C’est ce qu’illustre Merleau-Ponty avec cet homme seul face à la torture que le passé vient supporter.

Se dire que l’on est fait par le passé peut à l’inverse être un moyen de s’excuser de ne pas se faire au présent. Le poids du passé vient parfois alléger de celui d’une liberté difficile à assumer.



III. je « suis » ce que je fais de moi



On peut considérer que ce n’est pas le passé qui fait de moi ce que je suis, mais que c’est ce que je fais au présent qui me fait dans une perspective sartrienne, que le sujet conscient est « essentiellement » projet, en tant que conscience associée à une intentionnalité. L’homme est, comme le dit Sartre « condamné à être libre », et donc à ne pouvoir goûter au confort du « gros plein d’être », de l’opaque « coïncidence avec soi-même » qui caractérisent les choses, dénuées de conscience.

Donc il est difficile de dire ce que je suis, non seulement parce que je ne me réduis pas à mon existence en soi, mais aussi parce que je me découvre ou m’éprouve ou me fais au gré des expériences que le passé ne m’a pas forcément permis encore de rencontrer.



Bonjour Corinne,

Merci le corrigé sur ce question du bac - c'est bien intéressant!

A bientôt,

Jim

Merci les corrections
Back to top Go down
View user profile
corinne

avatar

Number of posts : 767
Age : 51
Localisation : Paris
Registration date : 2010-12-04

PostSubject: Re: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   Fri Jul 17, 2015 9:02 am

Jim wrote:
corinne wrote:
Jim wrote:
Bonjour Corinne et tout le monde,

Mon avis de « Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? »

Dans un certain sens, oui.  Mais je crois aussi qu’on a quasiment toujours un choix de comment on vas réagir aux circonstances.  Les bonnes et les mauvaises choses nous arrivaient, souvent complètement hors de notre control.  Dans ce cas ci, la chose qui fait la plus grande différence dans nos vies, c’est ce que nous faisons avec ces circonstances.


A bientôt,

Jim

c'est bien vrai Jim.

voici le corrigé si cela vous intéresse :

Le corrigé de Philosophie sujet 2 :
Suis-je ce que mon passé a fait de moi ?


Problématisation possible :



Ce sujet invite à interroger la question de l’identité. On pourrait penser que ce que nous avons été participe de ce que nous sommes aujourd’hui, mais la question est justement de savoir quelle est la part de ce passé dans notre être et surtout dans notre définition de nous-mêmes par nous-même. La forme passive de « ce que mon passé a fait de moi » invite à interroger l’idée d’un déterminisme, l’idée d’un moi qui ne serait que l’effet, le résultat d’un passé qui n’est plus, qui m’échappe désormais, remettant ainsi en question l’idée d’une liberté, d’une responsabilité vis-à-vis de moi-même. Il s’agit donc de s’interroger sur la nature de ce « je », de ce moi que je suis, sur sa construction dans le temps et sur la possibilité de se définir, de se réduire à une identité faite. Suis-je fait une fois pour toute ou suis-je à me faire sans cesse ? Puis-je dire qui je suis ?



Un plan possible parmi d’autres :



I. Mon passé semble me constituer en soi


Le « je », c’est ce qui fait que je suis le même (un et pas un autre), dépend en effet de mon passé, qui m’a permis peu à peu de me distinguer des autres, de me construire en passant par différentes étapes et d’éprouver ce que je suis (somme d’expériences).

Le « je » a et est une histoire, donc le passé explique en partie ce que je suis aujourd’hui, à travers mes appartenances sociales, culturelles, mon hérédité et mes héritages (tout comme l’homme se fait peu à peu homme, la culture comme réalisation ou arrachement).

Le passé, c’est aussi un certain nombre d’engagements pris qui comme le disait Sartre dans L’Être et le néant, « pèsent sur moi (…) limitent mes possibilités et me dictent ma conduite ». On peut aussi penser ici aux retours du passé refoulé chez Freud, qui fait qu’au présent, on rejoue inconsciemment le passé, aux traumatismes qui peuvent déterminer notre présent).



Je serais donc fait par mon passé mais l’identité personnelle est-elle substantielle ? Comme le suggère Paul Ricœur, ne peut-on pas distinguer « idem » et « ipse » ? Ce que je suis prétendument en soi et ce que je suis pour moi ? Si le passé a fait pour partie ce que je suis, ne suis-je pas aussi « comme le lecteur et le scripteur de ma propre vie » ce que je fais de moi? Suis-je pour moi ce que le passé aurait fait de moi ?



II. je ne réduis pas pour moi à ce que j’ai été



Par delà le fait que le « je » pourrait n’être qu’une illusion substantialiste comme l’ont suggéré Hume et Nietzsche, faire de ce que l’on est, le simple effet de ce qu’on a été et traversé (lien de causalité pure et déterminisme), ce serait négliger le fait que, comme nous sommes des êtres libres et conscients, qu’on ne se réduit pas en conséquence à ce que l’on est en soi. Ce que je suis, c’est ce que je suis pour moi. C’est ce que souligne bien la notion d’identité narrative chez Ricœur, qui selon lui « ne cesse de se faire et de se défaire ».

Mon passé dessine certes une situation, dans laquelle je demeure libre. On peut ici penser évidemment à Sartre, qui, en un sens, inverse le rapport passé/présent/futur, en faisant dépendre la « force » déterminante du passé, de la signification que va lui donner le projet présent. Le passé ne détermine pas qui je suis, mais c’est ce que je serai qui déterminera ce qu’il a été pour moi, de sa valeur pour moi. « Qui peut décider de la valeur d’enseignement d’un voyage, de la sincérité d’un serment d’amour, de la pureté d’une intention passée, etc. C’est moi, toujours moi, selon les fins par lesquelles je les éclaire. » Il peut cependant m’aider à m’affirmer tel que je suis, comme lorsque le passé, les engagements passés viennent supporter un choix difficile ou redonner un choix qui semble retirer. C’est ce qu’illustre Merleau-Ponty avec cet homme seul face à la torture que le passé vient supporter.

Se dire que l’on est fait par le passé peut à l’inverse être un moyen de s’excuser de ne pas se faire au présent. Le poids du passé vient parfois alléger de celui d’une liberté difficile à assumer.



III. je « suis » ce que je fais de moi



On peut considérer que ce n’est pas le passé qui fait de moi ce que je suis, mais que c’est ce que je fais au présent qui me fait dans une perspective sartrienne, que le sujet conscient est « essentiellement » projet, en tant que conscience associée à une intentionnalité. L’homme est, comme le dit Sartre « condamné à être libre », et donc à ne pouvoir goûter au confort du « gros plein d’être », de l’opaque « coïncidence avec soi-même » qui caractérisent les choses, dénuées de conscience.

Donc il est difficile de dire ce que je suis, non seulement parce que je ne me réduis pas à mon existence en soi, mais aussi parce que je me découvre ou m’éprouve ou me fais au gré des expériences que le passé ne m’a pas forcément permis encore de rencontrer.



Bonjour Corinne,

Merci pour le corrigé sur cette question du bac - c'est bien intéressant!  

A bientôt,

Jim

Merci pour les corrections
Back to top Go down
View user profile
Sponsored content




PostSubject: Re: vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !   

Back to top Go down
 
vendredi 19 juin : Les épreuves du bac !
View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1
 Similar topics
-
» Vendredi 21 novembre: Quel temps fait-il dans votre région?
» Vendredi 30 Avril : Les jours fériés.
» Vendredi 29 février : Pâques, pourquoi si tôt ?
» Vendredi 12 juin : Personnage célèbre.
» Vendredi 3 Juin : Sports extrêmes.

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
French Students Forum :: French talk :: La question du jour-
Jump to: